• We See You Magazine

Mon Reflet Fragile

*cette pièce est traduite de l'anglais


Par : James Teague


Il y a trois ans, quelqu'un de très important pour moi a tenté de m'éduquer sur le privilège blanc et d'expliquer comment j'en avais bénéficié toute ma vie et continuerai d'en bénéficier. Elle m'a informé qu'en ne reconnaissant pas l'existence de mon privilège, je contribuais au racisme. Malheureusement, j'étais loin d'être prêt à l'accepter. La culpabilité aurait été pour moi une émotion saine et appropriée à ressentir face au fait que le racisme systémique n'existait pas seulement aux États-Unis, mais que je faisais partie de ce problème. Cependant, la culpabilité était introuvable. A sa place, un sentiment accablant de honte portée se tenait fièrement. La culpabilité et la honte portées sont souvent alambiquées dans notre société, je pense donc qu'il est important de les définir. Selon les mots précis de Pia Mellody, conférencière renommée et auteur de Facing Codepence, « la culpabilité est un sentiment inconfortable ou rongeant dans l'abdomen à propos d'une action ou d'une pensée qui transgresse notre système de valeurs, accompagné d'un sentiment 95). En termes simples, la culpabilité consiste à se sentir mal à propos d'un comportement particulier qui va à l'encontre de nos valeurs, dans mon cas, contribuant au racisme systémique en Amérique. D'un autre côté, lorsque nous éprouvons de la honte portée, « nous pouvons nous sentir mortifiés, sans valeur et horribles envers nous-mêmes » et éprouver « un terrible sentiment d'insuffisance » (Mellody, 1989, 98-9). En d'autres termes, je ne me sentais pas seulement mal à propos de mes actions passées, je me sentais mal. Des sentiments accablants d'insuffisance m'ont consumé alors que je luttais pour gérer cela. Ayant une compréhension dysfonctionnelle de ma valeur humaine innée et de la difficulté à éprouver des niveaux appropriés d'estime de soi, je n'étais pas en mesure de surmonter cette émotion. Afin de protéger mon ego de la vérité, des mécanismes de défense tels que le déni, la rationalisation et la minimisation sont venus à mon secours. Ma réponse était quelque chose comme ceci : « Comment pourrais-je être privilégié quand j'ai été élevé dans une famille de classe inférieure par une mère célibataire ? Comment pourrais-je être privilégié alors que je travaillais cinq soirs par semaine pour me mettre à l'université ? » À ce stade, je jetais à peu près toutes les excuses du livre pour esquiver ce sentiment et éviter d'affronter mes défauts de caractère.


Avance rapide d'un an environ, une mauvaise rupture et un peu d'intervention divine m'ont fait atterrir sur un canapé face à face avec un thérapeute. Pour la première fois de ma vie, j'ai été initié au changement sain. En thérapie, j'ai appris à cultiver l'estime de soi à travers la valeur humaine inconditionnelle, l'amour et la croissance. Au fil du temps, j'ai appris à fermer ma bouche, à prêter mes oreilles et à ouvrir mon cœur. En écoutant les histoires des autres, j'ai appris qu'il ne suffisait pas de me qualifier de « non raciste » ; J'avais besoin d'être antiraciste si je voulais être un allié. En tant que personne qui a récemment vécu un changement difficile, je sais que le changement n'est pas possible sans honnêteté et vulnérabilité, qui sont des caractéristiques qui manquent à de nombreuses personnes aux États-Unis. Alors, je vais partager mes sentiments honnêtes sur l'état de notre nation. Dans le moment présent, je me sens découragé en regardant mes amis blancs et ma famille attendre que le bruit s'éteigne, afin qu'ils puissent se réadapter à leurs positions confortables de sommeil complaisant, je me sens frustré lorsque je regarde les médias éclairer les émotions de 400 ans de l'oppression, et je me sens coupable en réfléchissant au nombre d'âmes noires précieuses qui ont dû être arrachées de ce monde avant que je ne sois prêt à me regarder dans le miroir. Il est important que je laisse pénétrer ces sentiments alors que je me tiens aux côtés de ceux qui sont nés dans un système qui ne reconnaît pas leur valeur humaine inconditionnelle.


Les références:

Mellody, P., Miller, A.W. et Miller, J.K. (1989). Faire face à la codépendance : qu'est-ce que c'est,

d'où il vient, comment il sabote nos vies. San Francisco : Harper & Row.