• We See You Magazine

Homofobia y Xenofobia Profesional (Homophobie et Xénophobie au Travail)

*cette pièce est traduite de l'espagnol

Par: Adams Matute


Bonjour, je vais me présenter sous le pseudonyme d'Adams Matute, pour me sentir libre de raconter mon histoire sans crainte ni préjugé.


Dès mon plus jeune âge, j'ai été encouragé à étudier une carrière qui me permettrait d'élever mon statut et de me donner une position dans la société moderne tout en développant mes compétences et mes capacités. Cependant, j'ai toujours été enclin au côté artistique, comme le chant, les arts de la scène et l'écriture (poésie ou écriture de roman).


Quand j'ai commencé l'école secondaire, j'étais inscrit dans une école technique, d'où je sortais préparé pour le terrain de travail en tant que technicien en électricité. Avec cette formation, j'ai étudié le génie électrique dans mon université. Progressivement en 2016, j'avais déjà obtenu mon diplôme et j'étais prêt à réaliser les objectifs de mes parents qui m'avaient été implantés quand j'étais enfant.


La même année, j'ai commencé mon parcours à la recherche d'emplois dans mon domaine pour acquérir des connaissances et postuler à de plus grandes entreprises avec la confiance nécessaire. Mais ce n'était pas une tâche facile, et encore moins pour un garçon comme moi,

Et pourquoi je dis ça ?


J'avoue que j'ai toujours été définie comme une personne avec une expression « unique » et pour avoir des gestes « féminins ». Ceux-ci m'ont apporté des problèmes depuis que je suis enfant. Pendant mes années d'école, j'ai été victime d'intimidation parce que j'étais « douce » ou parce que j'avais des traits plus fins que les autres enfants. Maintenant, imaginez à l'université et après avoir obtenu mon diplôme à quoi les gens ressemblaient et me jugeaient parce que j'étais différent d'eux.


Était-ce ma faute ? Était-ce la faute de mes parents ? Ou étais-je juste né dans une société sexiste et homophobe ?


Quand j'allais aux entretiens d'embauche, je n'étais pas pris au sérieux. Ils ne croyaient pas qu'une personne comme moi postulerait à des emplois habituellement occupés par des hommes hétérosexuels. À cette époque, je n'acceptais pas mon orientation sexuelle et je luttais chaque jour pour avoir l'air et me sentir comme un homme macho et "normal", mais c'était dans ma nature d'être comme j'étais et je ne pouvais pas m'en empêcher.


Quoi qu'il en soit, nulle part je n'ai été accepté ou donné l'occasion de montrer mes capacités. Au lycée et au collège, mes talents en électricité étaient parmi les meilleurs de la classe. Je savais percer, casser des murs, des tuyaux, tirer des fils, installer toutes sortes d'appareils, fabriquer des systèmes électriques résidentiels et industriels. Je connaissais le symbolisme de la tête aux pieds. Tout cela a été simplement mis de côté à cause de la façon dont je prenais soin de moi ou de mon apparence. J'ai toujours été considérée comme trop féminine pour le travail. J'ai dû me contenter d'être qualifié mais jamais perçu comme capable.


J'ai arrêté d'insister et quelques mois plus tard, la possibilité s'est ouverte pour moi d'émigrer de mon pays et de recommencer dans un autre endroit, le Pérou, avec de nombreuses opportunités d'emploi.


J'ai préparé mes papiers et je suis parti en espérant trouver le travail que je préparais à l'étranger. Mais parfois, nos attentes dépassent la réalité sous-jacente.


À l'étranger, j'ai dû faire face à être pointé du doigt pour être gay et « xénophobie » ; un terme que je ne pouvais pas comprendre clairement.


"Ça ne peut pas être!"


Comme s'il n'était pas assez délicat d'être jugé sur sa façon de penser et de parler, j'étais désormais pointé du doigt en raison de ma nationalité.


Je suis du Venezuela.


À chaque offre d'emploi à laquelle je suis allé, c'était ce même regard familier que je connaissais déjà ; mais maintenant il y avait des murmures supplémentaires de mon origine.


Comment condamner quelqu'un sans le connaître ? Comment fermer la porte à quelqu'un sans lui laisser le bénéfice du doute ?


Dans les nouvelles, ils ont tous marqué les Vénézuéliens comme des voleurs, des prostituées, des escrocs, des personnes nuisibles, conseillant à leurs citoyens de ne pas nous donner d'emplois, de ne pas nous louer de chambres ou de maisons, et encore moins d'acheter ce qu'un Vénézuélien vendait dans la rue pour essayer de survivre. Je comprends que tous les gens ne sont pas bons. Mais le crime n'a ni nationalité ni couleur, pourtant les chaînes de télévision, les journaux et les stations de radio se targuaient de nourrir les gens de haine et de xénophobie pour mes compatriotes, ce qui était si douloureux et fort à supporter.


Je sais aussi que vous victimiser ne vous mènera nulle part, encore moins être dans un autre pays et repartir de zéro. Avec la force que vous avez, vous devez avancer ; Quand le monde est contre toi, te disant que tu ne peux pas... Tu dois aller de l'avant avec la force que tu as, et leur montrer que tu peux. J'ai rencontré des gens dans de nombreux endroits qui ne pensaient pas ainsi de nous, encore moins de moi. Pourtant, leurs voix étaient éclipsées par l'ignorance. Les gens ont continué à nourrir la haine contre tout le monde et là où ils ont eu l'occasion d'exprimer leur mépris, ils l'ont fait.


La frustration que je ressens aujourd'hui et la frustration que j'ai ressentie toute ma vie augmentent, le sentiment que j'ai peut-être perdu tout mon temps à essayer d'être quelqu'un qui, dans la société sexiste du 21e siècle, ne peut toujours pas accepter. Se pourrait-il qu'un homosexuel ne puisse pas ou n'ait pas la même force qu'un hétérosexuel ? Mes connaissances sont-elles inférieures à celles d'autres personnes considérées comme « normales » ? Y a-t-il des emplois réservés aux hétéros et non à ceux d'entre nous qui sont différents ? Ou les gays, lesbiennes, transgenres, etc., peuvent-ils être uniquement des mannequins, des coiffeurs, des gigolos, et vivre dans l'ombre des autres ?


Je ne suis pas poubelle. Je suis un être humain avec des talents et des capacités qui a besoin d'une opportunité.


P.S. : Je n'ai pas arrêté de lutter pour avoir l'espace dont j'ai besoin en ce moment. Je ne perds pas la foi.







Photographie : Séance photo à Barranco-Pérou avec mon instrument de musique le violon