• We See You Magazine

Egypte : Hollywood du Moyen-Orient

*cette pièce est traduite de l'anglais


Par : Kholood M. Al-Kholy


Avant de plonger dans le contexte historique profond du cinéma égyptien, il est important de clarifier comment le cinéma et la réalisation de films ont affecté les sociétés du monde entier. Bien avant que l'imagerie générée par ordinateur (effets CGI) ne soit une chose, les films n'étaient que le reflet de la société. Les films communiquaient généralement des histoires et des idées du public auquel les gens se rapportaient. À travers le cinéma, une variété de cultures, d'histoires et de politiques ont été présentées à différents publics dans diverses parties du monde.


L'Égypte a été l'un des rares pays à avoir développé avec succès sa propre industrie cinématographique florissante. L'Egypte avait un public cinématographique, bien avant qu'elle ne crée une industrie cinématographique. Il y avait 11 cinémas dès 1908. En 1917, l'Égypte comptait environ 80 cinémas. Cependant, la plupart des films souvent diffusés à cette époque étaient des films étrangers : européens ou américains. En conséquence, les Égyptiens se sont rapidement désintéressés. Les tentatives pour faire un film égyptien se multiplient entre 1917 et 1926 (Elnaccash, 1968). Le public égyptien a réagi avec enthousiasme aux films égyptiens qui reflétaient les traditions et les réalités de leur vie. Cependant, les premiers films égyptiens n'étaient rien de plus que des adaptations de pièces étrangères qui n'étaient pas liées aux idées et aux traditions des simples Égyptiens. Pendant ce temps, quatre-vingts pour cent des villageois égyptiens vivaient dans la faim, le chômage et la maladie pendant l'occupation britannique. Les Égyptiens étaient émotionnellement chargés de beaucoup de frustrations, mais les films ne montraient des idéaux occidentalisés qu'à travers des visages locaux (Elnaccash, 1968).


Ce n'est qu'en 1934, lorsque Talat Harb, fondateur de Misr Bank, a lancé Misr Studios (Egypt’s Studios). Ces studios étaient les plus équipés pour un film de bonne qualité (Schochat, 1983). Ils ont basé leur politique sur l'embauche d'experts étrangers dans différentes spécialisations du cinéma et la nomination d'assistants égyptiens qui peuvent apprendre d'eux et apprendre différentes techniques cinématographiques. Il a également envoyé des Égyptiens étudier le cinéma à l'étranger bien avant la création du studio lui-même. La première mission a eu lieu en 1933, au cours de laquelle certains ont étudié la réalisation de films en France tandis que d'autres ont étudié la photographie en Allemagne. Le succès de Studio Misr a été une incitation majeure qui a poussé d'autres studios à prendre l'initiative.


Le bouleversement de 1952 a provoqué des changements substantiels dans le secteur du cinéma et a également affecté le contenu du film. Avant la révolution, la politique restait en dehors du centre d'intérêt des films égyptiens (Schochat, 1983). Cependant, tout a changé après 1952. La période post-progressiste a été marquée par la montée et la progression du nationalisme dans les films égyptiens. L'anticolonialisme était le thème principal transféré de manière catégorique dans la vie culturelle et finalement adopté par l'industrie cinématographique. Lorsque la vie, la politique et la société égyptiennes se reflétaient à travers le cinéma et le cinéma, l'Égypte est devenue le Hollywood du Moyen-Orient où, dans les années 1950, l'industrie cinématographique égyptienne était la troisième au monde. (Darwich, 1998)


Une fois que vous vous êtes fait une idée de l'histoire du cinéma égyptien, il est temps que je commence à vous parler des meilleurs films égyptiens en noir et blanc qui valent la peine d'être regardés !


La prière du rossignol 1959 (Du’a Al Karawan) est une histoire tragique racontée par Amna, interprétée par la charmante Faten Hamama. Amna est une jeune femme illettrée d'un petit village de la zone rurale d'Égypte. Le film dévoile la réalité brutale du paysage égyptien des premières années du vingtième siècle. Il montre brièvement une société strictement centrée sur les hommes ou patriarcale dans laquelle les hommes contrôlent les familles et les femmes sont dépouillées de tous leurs droits. Cette excellente histoire est l'un des films cinématographiques et réalistes du pays car elle n'est pas liée à une époque précise. C'est un film qui vous amènera à examiner votre propre vie, vos relations avec les autres et le genre d'humains que nous sommes vraiment.


La gare du Caire ou Bab Al Hadid (1958) était un autre film brillant sélectionné comme l'entrée de l'Égypte pour le meilleur film en langue étrangère à la 31e cérémonie des Oscars. Ce film, réalisé par Youssef Chahine, raconte l'histoire d'un propriétaire de kiosque à journaux chancelant, désespérément malheureux en amour et méprisé par toutes les femmes. Malgré cela, il ne se décourage pas et devient obsédé par Hannuma, une belle vendeuse de boissons fraîches. Lorsqu'elle refuse sa proposition, son obsession devient une folie absolue. Dans ce mélodrame, nous nous familiarisons avec différents thèmes d'injustice sociale et d'abîme culturel qui accompagnent l'amour, la souffrance et, surtout, l'expérience humaine globale.


The Sin or Al-Haram (1965) est un drame social captivant sur le parcours d'une femme pauvre qui se transforme en un symbole de l'oppression des travailleurs. Aziza- Faten Hamama- a été exposée à des agressions impitoyables alors qu'elle ramassait des pommes de terre pour son mari malade. Cette histoire simple mais puissante reflète le genre de luttes que les travailleurs doivent affronter et combattre. Sans aucun doute, c'est généralement l'un des films les plus importants à regarder dans le cinéma égyptien. Le film a été nominé pour la Palme d'Or au Festival de Cannes 1965, et après sa projection au festival, il a impressionné les critiques et les téléspectateurs et la plupart des journaux l'ont rapporté.


La sangsue ou Shabab Imra'a est un film dramatique égyptien produit en 1956 avec Tahiyyah Karioka et Shokry Sarhan. Le film a participé à la compétition officielle au Festival de Cannes en 1956 et a été classé sixième dans le top 100 des films de l'histoire du cinéma égyptien lors d'un référendum critique. Le film tourne autour de l'imam Beltagi Hassanein (Shokry Sarhan), un jeune homme de la campagne qui quitte la maison pour étudier au Caire. Il loue l'une des chambres dans un quartier appartenant à une femme autoritaire appelée Shafa'at (Tahiyyah Karioka) qui admire sa jeunesse et effectue différentes tentatives pour le séduire. L'histoire se déroule et nous montre comment ce jeune homme a oublié toutes ses obligations envers sa famille, ses études et même son lien avec Dieu. Il essaie sans relâche de ne pas tenir compte de son audace alors qu'elle tente de le forcer à oublier et à abandonner tout ce en quoi il croyait autrefois. Ce film met en évidence la fragilité et la vulnérabilité des humains car, dans un moment de faiblesse, une personne peut ignorer toutes ses responsabilités et sa foi. pour une expérience instantanée qui ne durerait pas forcément.


La période de 1940 à 1960 a toujours été considérée comme l'ère brillante du cinéma égyptien. Avant, il était difficile de faire la différence entre les films égyptiens et étrangers. En raison de la nationalisation du cinéma par le système de Gamal Abdel Nasser, d'énormes créations cinématographiques sont devenues possibles. La Révolution de 1952 a fait éclore de grands réalisateurs et des talents inconnus. Le secteur public pouvait produire des films non seulement reconnus au niveau national mais aussi au niveau international. Même si ces films n'avaient peut-être pas rapporté beaucoup d'argent à l'époque, ils ont conservé leur terrain au fil du temps. C'est au cours de ces décennies que l'Égypte est devenue une source fiable et un exportateur de films dans la région.


Tahiyya Karioka portant un costume local égyptien au Festival de Cannes en 1956

(https://www.aleqt.com/2014/05/21/article_850618.html)



Les références


Darwich, M. (1998). Créateurs de rêves sur le Nil : un portrait du cinéma égyptien. Amer Univ dans la presse du Caire.


Elnaccash, A. (1968). Cinéma égyptien : un aperçu historique. Arts Africains, 2(1), 52-71. doi:10.2307/3334315


Schochat, E. (1983). Egypte : Cinéma et révolution. Arts critiques, 2(4), 22-32.