• We See You Magazine

Un Visage avec de Nombreuses étiquettes

*cette pièce est traduite de l'anglais


Par : Nora Al-Aati


Chaque fois que je demande aux gens du Koweït d'où ils pensent que je viens, j'obtiens tellement de réponses différentes. Libanais, égyptien, palestinien, indien, marocain, et quand je suis aux États-Unis, je deviens israélien ou simplement « espagnol ». C'est vraiment intéressant et assez amusant de voir comment les gens me perçoivent et décident à quelle ethnie je peux appartenir. Si vous ne savez pas à quoi je ressemble, vous pouvez vous peindre une image dans votre tête en fonction des ethnies que j'ai fournies.


Voici la chose. Ces suppositions sont principalement basées sur les différents antécédents des personnes que nous avons rencontrées ou vues dans les médias, qui ont été normalisées et s'inscrivent dans une petite boîte dans notre cerveau. Ce mon ami, est un stéréotype. Apparemment, je ne correspond pas à l'image d'une femme koweïtienne dans l'esprit des gens, même aux koweïtiens eux-mêmes. Est-ce mon accent quand je parle anglais ? Est-ce mes cheveux bouclés noirs et sauvages? Est-ce le fait que je n'ai pas « assez » d'amis koweïtiens et qu'on me voit traîner avec des gens d'autres parties du monde ? Oh, mes vêtements et mes bijoux ne sont-ils pas assez chers pour être considérés comme koweïtiens ou au moins Khaleeji (du Golfe) d'ailleurs ? Quoi qu'il en soit, j'ai fini de le questionner. J'en ai fini de me demander si je suis assez koweïtien pour m'intégrer à mes concitoyens.


Je ne vais pas mentir et dire que je n'ai jamais voulu m'intégrer, parce que je l'ai fait. Je me surprends encore souvent à parler koweïtien devant des personnes dont je sais qu'elles sont koweïtiennes (d'après leur dialecte) alors elles savent que je suis l'une d'entre elles. Vous ne voyez peut-être pas cela comme un gros problème, mais c'est pour moi parce que mes intentions de changer ne décrivent pas qui je suis vraiment. Je ne suis pas un caméléon. Je n'ai pas besoin de changer pour prouver quoi que ce soit juste pour un moment d'acceptation. Vous n'aimez pas qui je suis ? Eh bien, ça a été un plaisir de te voir t'éloigner de moi.


Je n'ai rien contre les gens de mon espèce et mon amour pour le Koweït ne ressemble à aucun autre. Je soutiens mes frères et sœurs koweïtiens si je les admire et ce qu'ils représentent. Après tout, nous sommes un très petit pays et nous tourner le dos ne mènera nulle part notre société. C'est juste une question simple sur laquelle nous devons travailler (et le monde doit travailler sur cette question). Étiquettes et stéréotypes.


Pratiquer ces deux mots rend si difficile pour les gens de vivre confortablement. Et oui, c'est la personne qui est étiquetée et stéréotypée qui doit également empêcher ces mots de lui arriver et de la distraire de ses objectifs de vie. C'est une question connexe qui doit être affrontée des deux côtés. À ce jour, je crois toujours que les stéréotypes sont impossibles à briser. Soyons réels. Sans stéréotypes, qu'est-ce qui guidera nos jugements et notre catégorisation des personnes que nous rencontrons ? Je ne veux pas paraître pessimiste, mais j'ai l'impression que c'est la réalité de la vie en tant qu'humain. Si, comme par magie, vous n'avez jamais fait l'expérience d'être stéréotypé ou étiqueté, vous n'avez pas encore connu toute l'étendue de l'humanité. Ce n'est certainement pas en noir et blanc, mais il semble que nous nous modifions pour devenir cette étiquette ou lutter contre elle. Et qui sait, peut-être avons-nous été acculturés à incarner un stéréotype sans même nous en rendre compte !


Ce dont j'ai besoin de vous, la personne qui lit ceci, c'est d'aborder l'interaction humaine avec un esprit ouvert. Ne soyez pas ethnocentrique, ouvrez vos oreilles aux histoires des gens et apprenez. Apprenez à devenir une partie de l'humanité.


Le port d'un hanbok Coréen au Festival international de Greensboro, Caroline du Nord