• We See You Magazine

El Arte de Dar Descanso al Espíritu (L'art de Donner du Repos à L'esprit)

*cette pièce est traduite de l'espagnol



Par: Damaris Rubi


"Le monde peut s'effondrer et tu serais toujours en train de peindre !" - a déclaré la mère d'un ami, un artiste plasticien qui a récemment perdu son emploi juste au moment où le loyer de la maison était dû.


Cela peut sembler exagéré, mais c'est vrai ; tout au long de l'histoire, nous avons vu comment dans les grandes crises, les artistes n'ont jamais cessé de créer ou plutôt, l'art n'a jamais cessé d'être. La preuve en sont les œuvres d'art elles-mêmes, qui nous racontent ces histoires à travers des peintures, des livres, des contes et d'autres expressions de l'être humain.


La beauté n'est souvent utilisée qu'à des fins esthétiques, et non pour son essence transcendante. Cet usage esthétique de la beauté est superficiel et futile. Il tire parti de la nécessité humaine de l'art et crée une image réduite utilisée à des fins de consommation.


La beauté est sans aucun doute, entre autres, un mécanisme de la vie. Depuis le début de l'histoire, nous avons vu que dans chaque culture et à chaque époque, l'art était présent en même temps que le sens de l'éternité.


Bien que l'art soit considéré comme inutile dans les politiques gouvernementales des pays d'Amérique latine, la beauté devient le meilleur outil pour le « repos de l'esprit », comme dirait Sebastian Bach, à une époque où le chaos règne sur les systèmes.


Une manifestation, compréhensible dans une certaine mesure, est le « mot », le moyen que nous utilisons pour tout identifier. Cependant, dans le domaine des communications et du langage, nous avons aussi l'art et bien des fois, l'art n'est pas une manifestation compréhensible, mais il est toujours nécessaire. L'une des raisons pour lesquelles il devient un agent d'équilibre émotionnel est qu'il fait appel à l'incompréhensible de manière concrète et parle à travers un langage qui habite un plan spirituel. L'art console l'incompréhensible avec l'indicible et c'est dans cette harmonie que naît l'équilibre émotionnel. Cependant, cet équilibre ou cette stabilité que l'art génère vient de quelque chose de plus profond qui non seulement parvient à travailler sur nos émotions, mais aussi à remettre en question ; l'âme de l'être humain.


On l'a vu en 2020, quand au milieu de quelque chose qui s'échappe de nos mains et avec des douleurs aux coudes qui aspirent aux câlins, des chants des voix rayées et brisées ont surgi au milieu des villes fermées. Inexplicablement, ces chants de refrains raffinés dans le chaos, apportaient de la stabilité. Ensuite, les artistes ont commencé à sauver le monde des idées, sans s'arrêter pour créer. Avec tout cela, d'une certaine manière, nous, artistes, nous sentons compris, concernant l'importance de l'art, car avec des faits comme ceux-ci, plus de gens commencent à comprendre à quel point l'art est important pour le développement humain. Il devient visible que non seulement les "artistes" ont besoin d'art, mais tout le monde en a besoin. Bien que pour différentes raisons beaucoup l'aient oublié, l'art est l'ingrédient ajouté à tout ce qui existe, qui est connu et qui reste à découvrir.


A vrai dire, je ne crois pas que dans cette humanité, quelqu'un aura un jour une réponse convaincante sur ce qu'est l'art, mais tout indique que son existence révèle une finalité. Au moins, je ne connais aucun autre argument convaincant. Tout ce qui existe a l'intention de révéler la beauté et c'est quelque chose qui, bien qu'il ne soit pas entièrement compréhensible, est implanté au plus profond de notre être, de la même manière que les questions sur l'éternité le sont, comme dirait un sage dans Ecclésiaste 3 :11.


L'art atteint un niveau d'intention auquel on ne peut échapper car inhérent à l'être humain. Après tout, s'il y a deux moteurs qui font bouger toutes les cultures et toutes les époques, ce sont l'art et le sens de l'éternité (questionner d'où nous venons et où nous allons).


C'est la base de la nature intrinsèque de l'art et de l'aspiration à la beauté, qui quelle que soit l'ampleur de la crise, sera toujours essentielle à la vie. Dostoïevski disait que « la beauté peut sauver le monde » et il ne faisait clairement pas référence à la beauté que nous pensons connaître aujourd'hui (matière esthétique), mais à celle qui est basée sur la recherche du bien et du vrai ; ce qui est en gestation à partir d'un plan qui transcende notre monde et où l'âme est capable de comprendre et de se stabiliser.


A ce point et en accord avec Dostoïevski, je comprends que tout ce qui est beau persiste en même temps que l'éternité dans nos cœurs. Bien que nous ne puissions pas le comprendre du début à la fin, il nous appelle à créer et nous donne envie de vivre. Mais, même lorsque la volonté de vivre se transforme en crise, la beauté nous ramène à la vie. Pensez aux musiciens du Titanic. Le navire tombait et ils n'arrêtaient pas de jouer.




J'ai peint cette toile au coucher du soleil. L'océan est la meilleure métaphore pour décrire mon cœur : parfois orageux, parfois calme, mais peut toujours se reposer sous la paix du ciel bleu.




Photo : Damaris peignant une toile intitulée « Grace ».