• We See You Magazine

Brutalité Policière et Racisme aux États-Unis et en Amérique Latine

*cette pièce est traduite de l'anglais


Par: Nodia Mena


Le 25 mai 2020, un employé d'un dépanneur a appelé le 911 et a dit à la police qu'il y avait une possible situation frauduleuse impliquant un faux billet de 20 $. Peu de temps après, le suspect était inconscient et coincé sous trois policiers, ne montrant aucun signe de vie. Une heure et vingt minutes plus tard, George Floyd, un homme noir de 46 ans, a été déclaré mort dans un hôpital. Cet événement tragique s'est produit à Minneapolis, une grande ville de l'État du Minnesota aux États-Unis d'Amérique. Six jours avant la mort de M. Floyd, le 19 mai, Anderson Arboleda, un homme noir de 19 ans de la région de Cauca, en Colombie, en Amérique du Sud, a été violemment agressé et frappé à plusieurs reprises à la tête par la police pour avoir désobéi l'ordre du gouvernement de « rester à la maison » en raison de la pandémie actuelle de COVID-19. Immédiatement après l'incident, M. Arboleda a commencé à vomir et a eu de violents maux de tête. Trois jours après l'incident et après avoir été emmené dans deux hôpitaux différents par sa famille, il est décédé de lésions cérébrales.



Ces deux décès ont un dénominateur commun : les victimes étaient des Noirs décédés des suites de blessures infligées par la police. Bien qu'il soit largement connu que la brutalité policière est une violation des droits civiques, le niveau d'attention et le discours autour de cette question se manifestent différemment aux États-Unis qu'en Amérique latine. Il existe des groupes de recherche et de défense aux États-Unis, par exemple, qui recueillent des données relatives aux différences démographiques parmi ces victimes. L'une d'entre elles s'appelle Mapping Police Violence, dans laquelle on constate que 1 098 personnes ont été tuées par la police aux États-Unis en 2019. Vingt-quatre pour cent d'entre elles étaient noires. Ce qui ressort clairement de ces données, c'est que les Noirs sont plus susceptibles que les Blancs de mourir aux mains de la police aux États-Unis. En Amérique latine, cependant, les informations sur les questions de brutalité policière sont moins connues. L'une des raisons est que seuls quelques-uns de ces pays – le Brésil, la Colombie et le Mexique, par exemple – fournissent des informations statistiques sur ce type de violence et les disparités selon la race. Une autre raison est l'effort historiquement systématique de nier l'existence du racisme dans tous les pays d'Amérique latine.



Alors qu'il y a environ 41 millions de personnes qui s'identifient comme afro-américaines aux États-Unis, il y a environ 133 millions de personnes qui s'identifient comme afro-descendantes en Amérique latine. Alors que les conversations sur le racisme font partie des médias grand public aux États-Unis, les médias latino-américains ne discutent presque jamais de cette question. En fait, pour les Afro-Latinos, être discriminé en raison de la couleur de leur peau a été tellement normalisé qu'ils ne le reconnaissent pas comme du racisme. L'acteur mexicain Tenoch Huerta a déclaré que "La magie du racisme y el clasismo en México es que no lo vemos. Ni siquiera lo notamos y, cuando alguien nos lo señala, nos ofendemos y nos enojamos de que nos lamen racistas y clasistas. (La magie du racisme et du classisme au Mexique, c'est que nous ne le voyons pas. Nous ne le remarquons même pas, et lorsque nous sommes interpellés, nous sommes offensés et contrariés d'être traités de raciste et de classiste.) M. Tenoch fait référence à l'idée fausse mais populaire que l'Amérique latine est moins raciste que les États-Unis. Le Dr Alejandro De la Fuente, directeur de l'Institut de recherche afro-latino-américain de l'Université Harvard, est d'accord et dit qu'« il existe un consensus en Amérique latine selon lequel le racisme est inacceptable et embarrassant ». Il poursuit en disant que « la discrimination raciale, le racisme systémique et l'exclusion des Afro-descendants des projets nationaux, ainsi que des projets de citoyenneté, sont des réalités communes à toutes les Amériques ». De cette manière, le Dr de la Fuente met l'accent sur les formes systémiques et parallèles de racisme envers les afro-descendants en Amérique latine et aux États-Unis.

Certaines organisations vont jusqu'à exprimer que nier le racisme en Amérique latine crée un problème de « double victimisation » pour les Afro-Latinos. Par exemple, la Comisión Interamericana de Derechos Humanos et les informations du Grupo Banco Mundial publiées en 2018, confirment que les afro-descendants en Amérique latine sont deux fois et demie plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les blancs et les métis. De plus, en raison de la discrimination structurelle, les Afro-Latinos ont des taux de chômage plus élevés, sont sous-représentés dans les postes de direction et sont moins susceptibles de faire partie des organes de décision dans les sociétés où ils vivent. De plus, la protection contre les forces de l'ordre a tendance à exclure les Afro-Latinos, ce qui entraîne un taux de victimisation plus élevé en raison de la brutalité policière. Mónica Oliveira, la cheffe de Red de Mujeres de Pernambuco, rapporte que 6 200 personnes ont été tuées par la police au Brésil en 2019, dont 75 % de Noirs. De plus, l'organisation sociale Temblores a enregistré près d'un millier de cas de brutalités policières en Colombie entre 2017 et 2018. En Amérique latine, la majorité de ces cas restent impunis, avec peu ou pas d'attention dans les médias.



Aux États-Unis, en revanche, les caméras privées et de rue sont de plus en plus utilisées pour capturer en temps réel les rencontres violentes avec la police. Dans le cas de M. Floyd, par exemple, l'angoisse de ses huit dernières minutes et quarante-six secondes de vie a été captée sur vidéo. Ces images ont circulé dans le monde et ont suscité des protestations dans le monde entier. Des personnes de tous âges, races et croyances ont été contraintes d'exiger des réformes policières majeures et l'élimination des tactiques meurtrières qui ciblent de manière disproportionnée les Noirs.



Black Lives Matter, un mouvement militant qui a commencé il y a environ cinq ans et prônait la désobéissance civile non violente pour protester contre les incidents de brutalité policière contre les Afro-Américains, deviendrait un phénomène puissant et visible à travers les États-Unis avec le soutien du monde entier dans le début de l'été. Décentralisé dans sa direction, le BLM a obtenu un soutien massif à la suite du meurtre de M. Floyd aux mains de la police et a inspiré des protestations contre la brutalité policière en Amérique latine. Certaines images de ces manifestations qui ont circulé dans le monde viennent du Mexique, du Brésil, de Colombie, entre autres pays d'Amérique latine.




Peinture murale au centre-ville de Greensboro, NC


 

Nodia Mena est garifuna - d'ascendance africaine et autochtone - du Honduras et est coordinatrice du projet d'études afro-latino-américaines / latines à l'UNC Greensboro, où elle est doctorante au département de leadership éducatif et de fondations culturelles.